Utilisation du numéro de sécurité sociale sous le RGPD et la loi Informatique et libertés

En application de l’article 87 du Règlement Général sur la Protection des Données ou « RGPD »[1], la loi nationale peut préciser les conditions spécifiques du traitement d’un numéro d’identification national ou de tout autre identifiant d’application générale tel que le numéro de sécurité sociale ou « NIR ».

Ce numéro est considéré en France comme une donnée personnelle à protéger tout particulièrement en raison d’une part, de son caractère unique et d’autre part, du fait que le numéro en lui-même contient des données personnelles.

Lire la suite

Validation des modalités de négociation dans les entreprises de moins de vingt salariés en l’absence de représentation du personnel

CE., 1er avril 2019, n° 417652

L’ordonnance du 22 septembre 2017 relative au renforcement de la négociation collective a instauré la possibilité de recourir à la négociation collective dans les entreprises de moins de onze salariés, sous réserve que les accords négociés soient approuvés à la majorité des deux tiers du personnel. Cette approbation référendaire était également autorisée dans les entreprises de moins de vingt salariés lorsque le comité social et économique n’a pas été mis en place.

Lire la suite

Port du voile islamique en entreprise… la messe est-elle vraiment dite ?

Dans un arrêt du 22 novembre 2017 (pouvoir n°13-19.855), la Cour de cassation avait jugé :

« …Qu’en statuant ainsi, alors qu’il résultait de ses constatations qu’aucune clause de neutralité interdisant le port visible de tout signe politique, philosophique ou religieux sur le lieu de travail n’était prévue dans le règlement intérieur de l’entreprise ou dans une note de service soumise aux mêmes dispositions que le règlement intérieur en application de l’article L.

Lire la suite

Loi applicable à l’opposabilité des cessions de créance transfrontière : position du Parlement européen sur la proposition de règlement

À la recherche du temps perdu (suite) – qu’en dirait La Fontaine ?

Résolution législative du Parlement européen du 13 février 2019 sur la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil sur la loi applicable à l’opposabilité des cessions de créances (COM(2018)0096 – C8-0109/2018 – 2018/0044(COD))

Le 12 mars 2018, la Commission européenne publiait (enfin) une proposition de règlement définissant la loi applicable à l’opposabilité des cessions de créance transfrontières.

Lire la suite

Loi PACTE : droit des entreprises en difficultés

Définitivement adoptée le 11 avril dernier, la loi relative à la croissance et la transformation des entreprises, dite « Loi Pacte », a fait l’objet de plusieurs recours en Conseil constitutionnel les 16 et 23 avril. À l’heure où nous rédigeons ces lignes la loi n’est pas encore promulguée. Les dispositions ci-dessous ne sont pas concernées par les recours.

  1. Transposition de la proposition de directive européenne dite « Seconde Chance »

(Article 196) – Le Gouvernement devra adopter par voie d’ordonnances, dans un délai de deux ans à compter de la publication de la loi PACTE, les mesures nécessaires en prévision de l’adoption de la directive du Parlement européen et du Conseil relative aux cadres de restructuration préventifs, à la seconde chance et aux mesures à prendre pour augmenter l’efficience des procédures de restructuration, d’insolvabilité et d’apurement du passif et qui modifie la directive 2012/30/UE.

Lire la suite

Loi PACTE : quelles incidences sur le droit des sociétés ?

La loi PACTE s’attache à repenser le rôle des entreprises. Le texte ambitionne de leur donner les moyens d’innover, de grandir, de se transformer, et de créer des emplois. Ce faisant, il apporte plusieurs remaniements à notre droit des sociétés.

  1. Simplification des formalités administratives des entreprises

Afin de simplifier les démarches administratives des entreprises, la loi PACTE substitue aux réseaux de centres de formalités des entreprises (CFE) un guichet unique électronique.

Lire la suite

Focus sur les aspects de droit social de la loi PACTE

La loi PACTE a été définitivement adoptée le 11 avril dernier. Cependant, elle n’est pas encore promulguée puisque le Conseil Constitutionnel a été saisi en application de l’article 61 alinéa 2 de la constitution par 60 sénateurs et 60 députés les 16 et 23 avril dernier.

La loi Pacte telle que votée prévoit en matière sociale (i) de nouvelles règles de décompte des effectifs et de franchissement de seuils, (ii) renforce l’intégration des enjeux sociaux et environnementaux et (iii) prévoit des mesures destinées à favoriser la mise en place de dispositifs d’épargne salariale et (iv) prévoit également des mesures relatives aux différents plans d’épargne retraite.

Lire la suite

Salariés expatriés : attention à la retraite

La retraite des salariés expatriés hors de France est un sujet récurrent de contentieux, souvent méconnu et peu anticipé par les entreprises.

La retraite, en France, est structurée en deux grands régimes à cotisations définies :

  • Le régime de base, qui a des équivalents dans la plupart des pays d’expatriation ;
  • Le régime complémentaire, une spécificité française qui n’a pas toujours d’équivalent hors de France.


Lire la suite

Investissements directs étrangers : police administrative et sanctions après la loi PACTE

Définitivement adoptée le 11 avril dernier, la loi relative à la croissance et la transformation des entreprises, dite « Loi Pacte », a fait l’objet de plusieurs recours en Conseil constitutionnel les 16 et 23 avril. À l’heure où nous rédigeons ces lignes la loi n’est pas encore promulguée. Les dispositions commentées ci-dessous ne sont pas concernées par les recours.

Lire la suite

Loi PACTE : mesures intéressant le droit bancaire et financier

Définitivement adoptée le 11 avril dernier, la loi relative à la croissance et la transformation des entreprises, dite « Loi Pacte », a fait l’objet de plusieurs recours en Conseil constitutionnel les 16 et 23 avril. À l’heure où nous rédigeons ces lignes la loi n’est pas encore promulguée. Les dispositions ci-dessous ne sont pas concernées par les recours.

  1. RÉFORMES PAR VOIE D’ORDONNANCES

Réorganisation et modernisation (article 75 de la loi PACTE) – Le Gouvernement devra adopter par voie d’ordonnances, dans un délai de douze mois à compter de la publication de la loi PACTE, les mesures relevant du domaine de la loi à l’effet de réorganiser la codification relative :

  • aux sociétés dont les titres sont admis aux négociations sur un marché réglementé ou un système multilatéral de négociation ;
  • au statut de l’intermédiaire inscrit ;
  • aux obligations de déclaration des franchissements de seuils ; et
  • aux offres publiques.


Lire la suite
LexBlog