Comprendre en quoi consiste la « conformité au RGPD » pour des prestataires établis hors de l’UE

Stéphanie Faber intervient à ce sujet le 20 octobre à la conférence en ligne Global Legal ConfEx, Middle East, organisée par Events 4 Sure.

Son intervention est sponsorisée par l’université Paris II Panthéon Assas et son campus international  Sorbonne Assas International Law Scool (installé notamment à Dubai).   Stéphanie intervient au DU DPO (Délégué à la Protection des Données) de Paris II.

Understanding What «GDPR Compliance» Means for a Non-EU Vendor

  • When a non-EU vendor wants to be “GDPR compliant” to satisfy its clients’ requirements, what does this entail?
  • One should distinguish the situation where the Vendor is subject to GDPR by law (under the GDPR’s territorial scope) and where the Vendor is subject to GDPR as a result of the contractual arrangements with the client
  • What are the requirements when it is (only) a contractual obligation?  Example of the EU standard contractual clauses (SCC)

11:10 AM – 11:30 AM (Dubai Time)

Inscription gratuite sur le site www.events4sure.com/registrations

Squire Patton Boggs est présent au Moyen-Orient à Abu Dhabi, Dubaï et Riyad.

 

Understanding What «GDPR Compliance» Means for a Non-EU Vendor

On October 20th, Stephanie Faber speaks on this subject at the Global Legal ConfEx, Middle East – Online Event, organized by Events 4 Sure.

Her presentation is sponsored by the University of Paris II Pantheon-Assas  and its international campus  Sorbonne Assas International Law Scool. Stephanie is a speaker at the University’s diploma for Data Protection Officers.

Understanding What «GDPR Compliance» Means for a Non-EU Vendor

  • When a non-EU vendor wants to be “GDPR compliant” to satisfy its clients’ requirements, what does this entail?
  • One should distinguish the situation where the Vendor is subject to GDPR by law (under the GDPR’s territorial scope) and where the Vendor is subject to GDPR as a result of the contractual arrangements with the client
  • What are the requirements when it is (only) a contractual obligation?  Example of the EU standard contractual clauses (SCC)

11:10 AM – 11:30 AM (Dubai Time)

Free registration here : www.events4sure.com/registrations

Squire Patton Boggs is present in the Middle East in Abu Dhabi, Dubai and Riyadh.

The CJEU’s Komstroy judgment and its implications for intra-EU investors

CJEU 2 September 2021, case C-741/19

On 2 September 2021, the Grand Chamber of the Court of Justice of the European Union (the “CJEU”) issued a judgment in Case C-741/19, finding that the acquisition of a claim arising from a contract for the supply of electricity does not constitute an investment within the meaning of the Energy Charter Treaty (the “ECT”).

Although this was not an intra-EU dispute, as not concerning EU Member States, the Court took the opportunity to provide complementary clarifications on the famous Achmea decision. It ruled that the investor-State arbitration clause contained in the ECT does not cover intra-EU disputes.

Background on the case

The facts leading to this judgment relate to the claim raised by Komstroy, a Ukrainian company, against a Moldovan public entity which refused to pay its debts to the company in full. Following unsuccessful proceedings before courts in the Ukraine and Moldova, Komstroy initiated an arbitration procedure under the ECT.

The constituted ad hoc arbitral tribunal, seated in Paris, approved the application of the ECT and ruled in favor of Komstroy, ordering the Republic of Moldova to pay the amounts owed.

However, the latter succeeded in setting aside the award before the Paris Court of Appeal after raising that the disputed claim was not an “investment” within the meaning of the ECT and that arbitrators therefore lacked jurisdiction. [1]

The decision of the Paris Court of Appeal to set aside the award was subsequently overturned by the French Supreme Court.

A second Court of Appeal, to which the case was transferred afterwards, requested a preliminary ruling from the CJEU.

The Paris Court of Appeal’s request for preliminary ruling

Initially, the purpose of the request for preliminary ruling was to determine whether Article 1(6)[2] and Article 26(1)[3] of the ECT should be interpreted as meaning that a claim arising from a contract for the sale of electricity can constitute an “investment” within the meaning of the ECT. Yet, the CJEU used this opportunity to deal with a broader issue: the applicability of the arbitration clause contained in the ECT to intra-EU disputes.

The jurisdiction of the CJEU

The particularity of the case is that it involved two States that were not EU Member States (Moldova and Ukraine). This raised a question on the CJEU’s jurisdiction to provide answers to the referred questions.

To establish its jurisdiction, the CJEU first invoked its jurisdiction to interpret the acts of institutions, bodies, offices or agencies of the EU, such as international agreements approved by the EU Council which, as soon as they enter into force, form an integral part of the EU legal order. This was the case of the ECT, concluded by the EU Council pursuant to Articles 217 and 218 TFEU[4], therefore constituting an act of an institution. The CJEU also added that, as required, the subject of investments falls within the competence of the EU ratione materiae (§26).[5]

The CJEU then underlined that, even if its jurisdiction did not extend to the disputes not falling within the scope of EU law (such as an action concerning a dispute between an investor of a non-member State and another non-member State) an exception is made:

(i) where the consistent interpretation of EU law is at stake; and

(ii) when the seat of arbitration is located within the EU territory (§34)[6].

The CJEU’s answer to the question referred[7]

In the wake of the Achmea ruling on 6 March 2018[8], the Court then recalled the autonomous nature of the EU legal system, the preservation of which would be jeopardized if arbitral tribunals applied and interpreted EU law while not being a component of the EU judicial system. The Court added that the control exercised by State courts over arbitral awards – which are final and binding – was far too limited by national laws, and could not guarantee the full effectiveness of EU law.

Based on these findings, the Court concluded that an arbitration clause in a multilateral treaty, such as the ECT, could not be applied to intra-European investment disputes.

The CJEU made an analogy with the Achmea judgment in which it prohibited intra-European investment arbitration in the framework of bilateral investment agreements, explaining that, despite the multilateral nature of the ECT, the dispute resolution clause contained in it is intended to govern bilateral relations between two of the contracting parties.

Reception of the judgment

Following publication of this judgment, the French Treasury Department drew the attention of national investors operating in the EU to the impact that this judgment may have and urged them not to initiate arbitrations against EU Member States under the arbitration clause contained in the ECT.[9]

Some commentators also concluded that, as fewer claims will henceforth be brought against the EU member States by investors engaged in the fossil fuels industry, “the implementation of the ambitious European climate policies” will finally be “made easier« .[10]

Implications for intra-EU investors

EU-based investors are urged to review their investments to ensure the possibility of obtaining and/or enforcing any future arbitral award.

  • EU-based investors should provide for arbitration agreements based outside the EU;
  • If possible, EU-based investors should structure their investment through non-EU vehicles and covered by extra-EU Bilateral Investment Treaties;

In any event, and for enforcement purposes, intra-EU investors should identify assets belonging to the Member State in which they are investing that are not covered by immunity and are located outside the EU.

 

[1] Article 1520 of the French Code de procédure civile (Code of Civil Procedure) lays down the conditions for bringing an action for annulment against an arbitral award handed down in France. Article 1520(1) of the same Code provides that an action for annulment is available where the arbitral tribunal wrongly declared itself to have or not to have jurisdiction.

[2] Article defining the notion of “investment” pursuant to the ECT.

[3] Article related to the Settlement of Disputes between an Investor and a Contracting Party.

[4] Treaty on the Functioning of the European Union

[5] The CJEU stated that, since the Treaty of Lisbon came into effect, the EU has had exclusive competence on foreign direct investment pursuant to Article 207 TFEU, and shared competence on indirect investment (Opinion 2/15 (EU-Singapore Free Trade Agreement) of 16 May 2017).

[6] The CJEU reminds that the State courts of the seat of the arbitration, having jurisdiction to set aside the award, are obliged to apply EU law pursuant to Art. 19 TEU.

[7] The second part of the CJEU’s judgment, which relates to the concept of an investment under the ECT, is not dealt with in this article.

[8] CJEU, judgment of 6 March 2018, case C-284/16

[9]https://www.tresor.economie.gouv.fr/Articles/2021/09/03/reglement-des-litiges-investisseur-etat-intra-europeens-dans-le-cadre-du-traite-sur-la-charte-de-l-energie-informations-a-destination-des-entreprises

[10] Article by Joël Cossardeaux, Les Echos

Champanillo : Luxembourg tacle Barcelone et la France sabre le champagne. La CJUE se prononce sur la protection des AOP

CJUE 9 septembre 2021, aff. C‑783/19

Le Comité Interprofessionnel du vin de Champagne est connu pour défendre avec virulence l’appellation Champagne qui bénéficie de la protection des AOP (Appellations d’Origine protégée). Son attaque récente contre un bar à tapas espagnol « Champanillo » a permis à la Cour de Justice de l’Union Européenne d’éclaircir quelques points d’interprétation sur les AOP.

On se souvient qu’en 1993, le Comité avait obtenu l’arrêt de la commercialisation d’un nouveau parfum Champagne de la maison Yves Saint Laurent, commercialisé dans un très joli flacon évoquant un bouchon de champagne. Ce parfum a été depuis lors rebaptisé Yvresse. Dans cette affaire, la maison Saint Laurent avait en vain souligné que son parfum n’était en rien un concurrent des champagnes, le Comité soutenant de son côté qu’il cherchait à bénéficier de la notoriété et du prestige attachés au champagne.

Ce sont des débats similaires qui ont eu lieu récemment devant la CJUE dans l’affaire opposant le Comité à une société espagnole GB qui gère des bars à tapas sous l’enseigne Champanillo. Le Comité avait engagé une action devant le tribunal de commerce de Barcelone en espérant obtenir une interdiction de l’usage de Champanillo. Débouté en première instance, le Comité a fait appel devant la cour provinciale qui a posé aux juges européens quatre questions préjudicielles portant sur l’interprétation du Règlement n°1308/2013.

Par sa première question, la cour espagnole demandait si la protection d’une AOP s’étendait à son utilisation pour des services. La Cour répond par l’affirmative en s’appuyant sur le texte de l’article 103 du Règlement qui interdit « toute usurpation, imitation ou évocation, même si l’origine véritable du produit ou du service est indiquée… ».

Les deuxième et troisième questions concernaient l’interprétation du concept d’« évocation » utilisé dans le Règlement européen n° 1308/2013 qui prévoit que les AOP sont protégées contre toute « usurpation, imitation ou évocation ». Le mot Champanillo est en effet composé en langue espagnole de « champan » qui signifie champagne et du suffixe « illo » qui signifie petit et le Comité soulignait qu’il était accompagné du dessin de deux coupes s’entrechoquant, le tout évoquant le champagne. La CJUE juge que l’article 103 n’exige pas, à titre de condition préalable, que les produits et services évoquants soient similaires aux produits évoqués du moment qu’il y a un lien suffisant entre l’appellation incriminée et l’AOP.

La dernière question portait sur la relation entre la protection de l’AOP et les règles de la concurrence déloyale : la concurrence déloyale est-elle un préalable à une condamnation pour atteinte à l’AOP ? Sans surprise, la CJUE répond que dans certains cas, il peut y avoir à la fois concurrence déloyale et atteinte à l’AOP mais que la concurrence déloyale n’est pas un préalable.

On relèvera pour finir que les juges européens « taclent » leurs homologues catalans en soulignant qu’ils n’ont pas appliqué le bon texte. En effet, la cour de Barcelone avait évoqué un traité de 1973 entre la France et l’Espagne alors que, selon les juges de Luxembourg, seul le Règlement n°1308/2013 était applicable. Les juges européens considèrent également, sans le dire expressément, que les questions ont été mal posées par la cour espagnole et prennent l’initiative de les réécrire. Sur le fond, ils adoptent une interprétation qui est clairement favorable aux titulaires des AOP. Champagne donc pour le Comité Champagne !

Retard et annulation de vol : un transporteur aérien peut invoquer une circonstance extraordinaire ayant affecté un de ses vols précédents

CJUE 22 avril 2021 affaire C-826/19

Le 22 avril 2021, la Cour de justice de l’Union européenne s’est prononcée sur les questions préjudicielles d’un tribunal autrichien, relatives à l’interprétation du Règlement CE n° 261/2004 du 11 février 2004.

Conformément à l’article 5, paragraphe 3, du Règlement n° 261/2004, un transporteur aérien effectif n’est pas tenu de verser d’indemnisation aux passagers s’il est en mesure de prouver que le retard était dû à des circonstances extraordinaires qui n’auraient pas pu être évitées, même si toutes les mesures raisonnables avaient été prises.

En l’espèce, des conditions météorologiques avaient généré un retard de l’avant-avant dernière rotation de l’aéronef devant effectuer un vol entre Vienne et Berlin. Ce retard s’était répercuté sur les vols ultérieurs et notamment le vol litigieux.

Une des questions posées par le tribunal autrichien était ainsi de savoir si un transporteur aérien pouvait se prévaloir d’une circonstance extraordinaire ayant affecté non pas le vol litigieux mais un vol précédent, opéré par la même compagnie au moyen du même aéronef, pour s’exonérer de son obligation d’indemnisation.

Même si l’objectif principal du Règlement n° 261/2004 était la protection des passagers et consommateurs, le législateur de l’Union a également veillé à mettre en balance les intérêts des passagers et ceux des transporteurs aériens.

En admettant que les circonstances extraordinaires survenues au cours des précédentes rotations puissent elles-mêmes constituer une circonstance extraordinaire pour le transporteur aérien, la CJUE ménage, justement, les intérêts des passagers et ceux des transporteurs aériens.

Il n’est ainsi plus exigé que chaque compagnie aérienne dispose de plusieurs aéronefs dans chaque aéroport du monde, prêts à décoller en cas de retard de la précédente rotation.

La CJUE revient ainsi à des considérations plus réalistes en tenant compte des conditions d’exploitation parfois difficiles auxquelles les compagnies aériennes doivent faire face, ce qui mérite d’être salué à une époque où celles-ci sont parfois malmenées.

 

 

Marion Cavalier reconnue « Pionnière 2021 » par la World Intellectual Property Review

Collaboratrice chez Squire Patton Boggs, au sein de l’équipe propriété intellectuelle du bureau de Paris, Marion Cavalier a été reconnue “2021 Trailblazer“ par la revue World Intellectual Property Review (WIPR) dans la catégorie Diversity and Influential Women in Intellectual Property (IP).

La revue récompense 20 professionnelles ayant jusqu’à dix ans d’expérience en propriété intellectuelle qui ont eu un impact significatif dans le secteur.

Nous félicitons Marion !

Lettre ouverte à ceux qui n’aiment pas les audits de PI

L’un de nos confrères, très expérimenté et réputé dans le domaine du contentieux des brevets, se vantait récemment, en aparté dans un couloir du Palais, de « ne jamais avoir eu à tremper dans une due dil ».

Et pourtant

 

Pourtant, les auteurs de cet article ont beaucoup appris grâce aux audits (ou « due diligences » / « due dil » pour les intimes du M&A) qui permettent d’avoir accès à une radiographie complète d’une entreprise ou d’un groupe à un instant T. Occasion unique et relativement rare puisqu’en dehors de cet exercice, le juriste n’est habituellement saisi que de questions portant sur une petite partie de cette activité.

Pourtant, les conclusions de notre enquête peuvent sérieusement peser dans la négociation. Dans certains domaines, comme la pharmacie ou les nouvelles technologies, les actifs de propriété intellectuelle constituent l’essentiel de la valeur de l’entreprise et l’audit pourra donner de bons arguments de négociation à l’acheteur ou à l’investisseur si la cible a été négligente dans la gestion de ces actifs.

Pourtant, l’audit est même un exercice intellectuellement stimulant puisqu’il nous oblige à nous prononcer dans un laps de temps record sur des questions fondamentales qui peuvent être complexes. L’expérience et notamment celle du contentieux est ici d’un grand secours.

Nous avons listé ci-dessous quelques points clés à garder en tête pour un audit efficace en matière de propriété intellectuelle.

La cible est-elle bien titulaire des droits de PI ?

Cela peut paraître une évidence, l’histoire a montré que cela ne l’est pas toujours. En effet, dans les groupes un peu anciens, les droits de PI sont souvent déposés à l’origine par la société qui les exploite mais au fil du temps, des réorganisations et autres optimisations fiscales, ils peuvent se retrouver logés dans des holdings situés loin du siège historique. A l’inverse, dans des sociétés récentes type startup, les droits de PI peuvent être déposés à l’origine par un fondateur en son nom personnel, de bonne ou de mauvaise foi, dans l’attente de la constitution de la société.

D’autres entreprises développent en parallèle plusieurs activités sous la même marque. Si une seule activité est rachetée, cela peut poser problème. BMW en a fait l’expérience lorsqu’elle a racheté en 1998 les ateliers de Rolls-Royce mais pas la marque.

La « due diligence » permettra de vérifier quelle entité juridique détient les droits. Si les droits sont détenus par une entité qui n’est pas la cible, il faudra alors organiser une cession ou bien mettre en place des licences.

Une autre question peut surgir, celle de l’utilisation du nom patronymique d’anciens actionnaires / dirigeants pour identifier la société. Ce problème est fréquent dans le domaine de la mode mais pas uniquement. Ainsi, les Editions Bordas portent le nom de leur fondateur Pierre Bordas qui, entré en conflit avec les actionnaires majoritaires, tenta de faire interdire l’usage de son nom dans la dénomination sociale de la société. En vain, mais la bataille judiciaire dura plusieurs années (Cass. com. 12 mars 1985, 84-17.163).

Dans quels pays la propriété intellectuelle est-elle protégée ?

Le travail de l’auditeur consistera ici à vérifier que la protection juridique conférée par les dépôts est en adéquation avec l’activité de l’entreprise. La propriété intellectuelle est par nature territoriale : une marque, un brevet, n’est protégé que dans les pays où des dépôts ont été effectués. C’est ainsi qu’un même signe peut être utilisé dans différents pays par des entreprises n’ayant aucun lien entre elles.

Par exemple, la célèbre marque HAG de café décaféiné, était à l’origine la propriété d’une société allemande. En 1928, la société allemande a vendu son activité américaine à Kellogg qui a dû attendre jusqu’en 1979 pour pouvoir racheter le portefeuille mondial de marques.

En outre, l’acheteur ou l’investisseur qui se présente quelques années plus tard peut avoir des ambitions géographiques bien plus grandes que celles des fondateurs. Il aura intérêt à vérifier que les dépôts qui ont été effectués sont suffisants. C’est particulièrement crucial en matière de brevets en raison de la règle de la nouveauté : un brevet n’est valable que si l’invention est nouvelle, si elle a été divulguée du fait de la publication de brevets, les dépôts ultérieurs seront nuls.

L’audit des licences et autres contrats de PI

Comme pour tous les contrats qui ont été conclus par la cible, l’auditeur devra se demander ce qu’il adviendra des contrats de PI une fois l’opération consommée. Y a-t-il un risque que le co-contractant mette fin à un contrat qui est essentiel pour la cible ? Le contrat est-il « intuitu personae » ?

En outre et cela rend l’exercice beaucoup plus intéressant, l’auditeur devra acquérir un minimum de connaissances sur l’activité de la cible, suffisamment pour pouvoir appréhender son degré de dépendance technologique.

En pratique, est-ce que la cible est « autonome » ou est-elle dans une situation où elle ne peut développer son activité que grâce à des éléments de technologie qui appartiennent à des tiers ? La réponse à cette question varie considérablement d’un secteur à l’autre. Dans le secteur des télécommunications, compte tenu de l’existence des standards (2G, 3G, 4G etc…) il n’est tout simplement pas possible de fabriquer un appareil de télécommunication sans utiliser des technologies brevetées. L’auditeur devra examiner attentivement la durée et les conditions financières de ces licences. Les redevances qui doivent être versées aux titulaires des brevets représentent parfois une part significative du chiffre d’affaires.

Une attention particulière devra enfin être portée aux accords de copropriété qui génèrent de nombreux contentieux.

Attention aux formalités post-closing 

Les droits de propriété industrielle font l’objet d’une publicité, ils sont inscrits dans des registres publics et ce qui n’est pas inscrit n’est en principe pas opposable aux tiers.

Lorsque l’acquisition porte sur des actifs, l’acquéreur se préoccupe en général d’apparaître comme le nouveau propriétaire pour pouvoir faire valoir ses droits. En revanche, il peut arriver qu’il néglige ces formalités dans le cas d’opérations entraînant une TUP (transmission universelle du patrimoine). Or, ces formalités doivent être effectuées correctement et assez rapidement si on veut éviter les difficultés.

Ainsi, une société qui en avait absorbé une autre, titulaire d’un brevet, avait décidé quelques années plus tard de poursuivre un concurrent en contrefaçon. En pure perte puisqu’il s’est avéré que les formalités d’inscription de la fusion avaient été effectuées au nom de la société absorbée à une date où cette société n’avait plus d’existence juridique. La demanderesse, irrecevable à agir, fut déboutée (Cass. com., 14 mars 2006, n° 03-16872, JCP E 2006, 2747, n° 12, obs. Ch. Caron).

A notre honorable Confrère qui n’aime pas les audits de PI, nous disons :

« Notre Père qui êtes aux cieux

Restez-y

Et nous, nous resterons sur la terre

Qui est quelquefois si jolie »[1]

avec ses audits de PI !

 

 

[1] Jacques Prévert, Paroles, Pater Noster

15 avocats exerçant au sein du bureau parisien de Squire Patton Boggs sélectionnés pour The Best Lawyers in France 2022

La distinction Best Lawyers est attribuée chaque année par pays et spécialité sur le principe d’une reconnaissance par les pairs.

Pour 2022, Laure Perrin est nouvellement élue dans la spécialité contentieux et Denis Barat en droit des sociétés.

John Adam reconnu depuis 2021 en arbitrage international et droit pétrolier, est nommé Lawyer of the year 2022 pour son activité en droit international public. Cette distinction récompense dans chaque spécialité, un seul avocat particulièrement bien noté.

Chaque année, une nouvelle enquête met à jour les votes et seuls les avocats les mieux classés figurent dans l’édition suivante du palmarès.

15 avocats exerçant au sein du bureau parisien de Squire Patton Boggs figurent ainsi dans l’édition 2022 de The Best Lawyers in France.

Aux côtés de John Adam, Denis Barat et Laure Perrin, figurent Antoine Adeline (Arbitrage international), Stephan Adell (Arbitrage et médiation), Véronique Collin (Droit bancaire et financier), Charles Fabry (Capital risque), Stéphanie Faber (Droit de la publicité), José Feris (Arbitrage et médiation ; Arbitrage international), Nora Mazeaud (Droit des assurances),  Catherine Muyl (Biotechnologies et sciences de la vie ; Propriété intellectuelle ; Protection des données personnelles), Marie-Aimée Peyron (Contentieux du travail), Valérie Ravit (Droit des assurances ; Contentieux de la responsabilité du fait des produits), Stéphanie Simon (Droit des assurances), Carole Sportes (Droit aérien ; Contentieux de la responsabilité du fait des produits ; Droit des transports).

Nous les félicitons !

 

Un nouvel associé fiscaliste vient renforcer à Paris les activités fusions-acquisitions et private equity

Charles Briand rejoint le bureau de Paris en qualité d’associé au sein du département fiscal.

Charles Briand exerce en fiscalité des entreprises, en particulier dans les opérations internationales de fusions-acquisitions, les aspects fiscaux des structurations d’acquisitions et les projets de restructurations. Fort d’une grande expérience en matière fiscale dans différents secteurs, il a développé une expertise dans les opérations de private equity, fusions-acquisitions et projets d’infrastructures de communication.

Chez Orrick Rambaud Martel depuis 2017, Charles Briand a auparavant exercé 12 ans chez EY Société d’avocats, dont 18 mois au sein du département transactions internationales d’EY à New-York.

Titulaire d’un DEA de droit fiscal de Panthéon Assas, Charles Briand est avocat au Barreau de Paris.  Il a récemment été reconnu Next Generation Partner dans The Legal 500 EMEA – Tax (Transactional/Corporate Tax) 2021, notamment pour sa réputation montante dans la sphère du private equity.

Selon Mitch Thomson, qui dirige la pratique fiscale au niveau global, « Une expertise de niveau mondiale est essentielle pour notre pratique tant à Paris que dans l’ensemble des bureaux. Charles a cette expertise de haute qualité en fiscalité transactionnelle, une large expérience internationale, le sens commercial et la profondeur de réflexion qui sont la marque de notre équipe fiscale. Je sais que la culture collégiale et collaborative du cabinet lui siéra parfaitement pour servir et satisfaire la clientèle. »

Carole Sportes, managing partner du bureau de Paris déclare pour sa part : « C’est avec plaisir que nous accueillons Charles au sein de notre équipe parisienne. Avec l’énergie et le talent qui le caractérise, il jouera un rôle clé dans le développement de notre pratique fiscale en accompagnant nos clients tant en fiscalité française, qu’internationale, alors que nous poursuivons nos plans stratégiques pour renforcer nos compétences transactionnelles, notamment en droit des sociétés et private equity. »

Le monde fascinant du vocabulaire dans les médias : nouvelles traductions de termes anglais

Il est tellement fascinant de jouer au jeu de la traduction des anglicismes utilisés dans notre langage courant et qui sont le reflet de notre temps !  Le terme anglais nous semble parfois désigner un concept intraduisible. Pourtant, trouver un équivalent français, est le travail auquel s’attèle régulièrement les experts de la Commission d’enrichissement de la langue française.

Une fois validées, ces traductions deviennent obligatoires pour les administrations, et sont supposées être la référence pour tous ceux qui écrivent en français.

Plus de 8 500 termes pour nommer en français les réalités nouvelles et les innovations scientifiques et techniques sont référencés sur le site suivant :  www.culture.fr/franceterme

Ci-dessous le dernier cru, établi par le groupe d’experts de la culture et des médias de la Commission d’enrichissement de la langue française, publié au Journal officiel de la République française le 9 juillet 2021, ainsi qu’en italique quelques termes plus anciens auxquels certains d’entre eux se réfèrent.

 

Terme anglais Terme Français Domaine Définition
Account planner,

Advertising account planner,

Strategic planner.

Stratège de la diffusion publicitaire,

Stratège Publicitaire

Communication – Publicité Spécialiste chargé de la stratégie de diffusion de campagnes publicitaires, qui s’appuie notamment sur l’étude des comportements et la perception des tendances dans un marché déterminé.
Astroturfing Contrefaçon d’opinion,

Contrefaçon de mouvement d’opinion

Communication Procédé de manipulation de l’information qui, à l’aide de moyens tels que de faux sondages, de fausses identités, de faux commentaires sur la toile et dans les réseaux sociaux, souvent amplifiés par des techniques algorithmiques, fait croire à l’existence d’un mouvement d’opinion.
Cancel culture Culture de l’effacement,

Effacement

Communication Pratique de personnes ou de groupes de personnes qui s’efforcent, au nom de certaines valeurs, de bannir de l’espace public ou de la mémoire collective tant des personnalités que des œuvres, historiques ou contemporaines.
Naming and shaming Mise au pilori   Pratique consistant à publier le nom de personnes physiques ou morales impliquées dans des activités tenues pour répréhensibles.
Drop Vente Surprise,

Vente-Capsule Surprise

Habillement et mode Vente d’une collection capsule qui n’est annoncée qu’à la dernière minute, et a lieu en ligne ou dans un ou plusieurs points de ventes sélectionnés.
Escape book Livre-jeu d’évasion,

Livre d’évasion

Édition et livre Livre dans lequel le héros, qui est le lecteur lui-même, doit résoudre une énigme afin de s’échapper du lieu où il est enfermé.
Escape Game Jeu d’évasion Loisirs – Éducation Jeu, construit autour d’un scénario, qui consiste à résoudre, collectivement et dans un temps limité, un problème ou une énigme afin de s’échapper d’un espace clos, qu’il soit réel ou virtuel.
Face Swap Substitution de visage Audiovisuel-Informatique Procédé qui permet de remplacer, partiellement ou en totalité, un visage par un autre sur une image fixe ou animée.
Deep fake

 

Infox vidéo,

Vidéotox

Communication – Informatique Infox qui se présente sous la forme d’une vidéo falsifiée grâce aux techniques de l’intelligence artificielle, en particulier à celles de l’apprentissage profond.
Fake news Infox,

Information fallacieuse

Communication Information mensongère ou délibérément biaisée. Une infox peut servir, par exemple, à favoriser un parti politique au détriment d’un autre, à entacher la réputation d’une personnalité ou d’une entreprise, ou à contredire une vérité scientifique.
Greeter Guide-hôte,

Guide bénévole

Tourisme Personne qui fait découvrir bénévolement à des touristes sa ville, son quartier et son cadre de vie.
Group show Exposition collective Tourisme Exposition qui présente les œuvres de plusieurs artistes indépendants, chaque artiste exposant une ou plusieurs œuvre.
Hater Haineur, -euse,

Fauteur, -trice de haine

Audiovisuel –

Jeu vidéo

Personne qui utilise la toile et les réseaux sociaux pour inciter à la haine envers un individu ou un groupe.
Cyberbullying,

Cyberharassment,

Cyberstalking ,

Internet bullying,

Online bullying

Cyberharcèlement Droit – Informatique Harcèlement moral ou sexuel commis au moyen d’un réseau de communication électronique.
Lootbox Coffre-surprise

 

Audiovisuel –

Jeu vidéo

Élément de jeu vidéo qui contient un ou plusieurs objets virtuels censés faciliter la progression du joueur ou enrichir son expérience d’utilisateur, ou parfois aucun objet, et dont le contenu n’est connu généralement qu’après paiement
User experience,

UX

Expérience de l’utilisateur Informatique Ensemble des impressions que l’utilisateur retire de son interaction avec un dispositif numérique et qui tiennent à l’interface et aux fonctionnalités de ce dispositif
Reboot Relance

 

Audiovisuel –

Cinéma – Télévision

Reprise de l’univers ou d’un personnage d’une saga cinématographique ou d’une série dans une nouvelle production ; par extension, cette production elle-même.
Prequel Présuite Audiovisuel – Littérature Production qui exploite le succès d’une œuvre par l’invention d’un épisode antérieur dans la chronologie de l’histoire.
Solo show Exposition personnelle/ individuelle/ solo Arts – Culture Exposition qui présente les œuvres d’un seul artiste.
Story Microrécit vidéo,

Microrécit

Audiovisuel – Informatique – Internet Vidéo de format très court, mise en ligne pendant une période limitée, qui est utilisée sur les réseaux sociaux pour mettre en récit la vie quotidienne de son auteur.

 

LexBlog