Archives: CULTURE & PAPILLES

S'abonner au fil - RSS CULTURE & PAPILLES

Eric Faye : voyages, voyages

L’homme sans empreintes[1] est une fiction dont le héros B. Osborn cache en réalité un des écrivains les plus mystérieux que compte la littérature contemporaine : B. Traven, l’auteur notamment de Le Trésor de la Sierra Madre qui déclarait « Un écrivain ne devrait pas avoir d’autre biographie que ses livres ». Bien que sérieusement documenté, le livre d’Eric Faye, né en 1963, n’apporte pas de révélations inédites; il ajoute au contraire sa part de jeu avec l’identité des personnages et cette sorte de mise en abyme rend passionnante comme celle d’un polar l’ « enquête », ou plutôt la quête à laquelle se livre l’auteur.

Lire la suite

De Francesco Brea

De Francesco Brea Francesco Brea – début du XVIème siècle, a vécu et travaillé dans l’arrière-pays niçois.

Ce visage empreint d’une légère tristesse rivalise en sérénité avec la Joconde.

Si vous vous approchez du Mercantour, n’hésitez pas à faire une halte à Isola Village pour admirer en toute quiétude ce portrait qui se trouve dans l’une des deux églises baroques d’Isola village (Alpes Maritimes) depuis un an.

Lire la suite

Lectures d’été


Les fauves d’Odessa

de Charles Haquet, prix du Roman d’aventures – Éditions du Masque.

Décidément l’Ukraine est à l’honneur : séparatisme, Crimée comme en 1854, Sébastopol, des avions qui tombent du ciel, centre logistique et plaque tournante de la malbouffe selon Charles Haquet.

À lire immédiatement, surtout si vous avez une envie de saumon fumé.

Lire la suite

Joseph Connolly et son jeu de massacre

Il règne sur cette rue au charme désuet où des commerces finissants permettent à leurs vieux propriétaires de vivoter encore. Mais lui est le seigneur – le saigneur aussi – car il est boucher. Le verbe haut, le langage distingué, le charme ravageur, il les séduit toutes, même la très sage épouse d’un parfait crétin qui parle à sa perruche au fond de son improbable et crasseuse quincaillerie.

Lire la suite

Impressions birmanes

Mingala ba ! Quel que soit le moment de la journée, voilà comment il convient de rendre leur salut chaleureux aux Birmans.

Les lèves-tôt constateront qu’à 6h du matin l’agitation dans les rues des villes du pays est comparable à celle de Paris aux heures de pointe. C’est également au petit matin que l’on peut apercevoir les moines, parfois âgés de cinq ans, leur bol à aumônes sous le bras, arpentant les rues en quête de nourriture.

Lire la suite

Lionel Duroy : Famille, je vous…

C’est avec perte et fracas que Lionel Duroy, longtemps journaliste à Libération, fait ses débuts littéraires en publiant en 1990 Priez pour nous[1] . Le fracas, c’est celui de la totale impudeur du contenu, alliée à la rage cinglante de l’expression. Ces outrances sont à la mesure de la souffrance endurée par l’auteur au fil d’une enfance et d’une jeunesse peu banales.

Lire la suite

Rencontre à l’Humeur vagabonde


Apologie du slow, par Fabio Viscogliosi aux éditions Stock.

Nous retrouvons Fabio avec plaisir pour aller musarder sur les chemins de sa mémoire, qui est aussi un peu la mienne, car égoïstement je m’accapare ces 109 textes brefs. J’aime cette forme courte et poétique, ces textes qui tissent, entre perception de la réalité et de la fiction une tentative réussie d’aborder le quotidien comme une aventure.

Lire la suite

Suite du condensé de littérature allemande du XXème siècle

« Un bon allemand » de Horst Krüger 1919-1999 – que de 9 !! A ne pas confondre avec Hans Krüger, SS et chef de la Gestapo à Chalon-sur-Saône pendant l’occupation, dont la biographie, celle « d’un salaud », le Barbie chalonnais, a été rédigée par l’historien Damien Valette en 2012. Horst Krüger était aux antipodes de son homonyme.

Lire la suite

John Edgar Wideman en noir et blanc

Avant d’aborder le tout dernier roman de John Edgar Wideman, il serait opportun de faire connaissance avec la famille. Un arbre généalogique précède les douze nouvelles que comporte Damballah [1], titre du récit terrible qui ouvre le recueil en évoquant la décapitation d’un vieil esclave assassiné pour avoir entretenu le rite païen qui le rattache au lointain pays de ses ancêtres.

Lire la suite

A visiter : le Bal, L’Etat du ciel

Connaissez-vous l’Impasse de La Défense dans le 18ème arrondissement ? Derrière la Place Clichy, proche de la sortie de la station de métro éponyme, une paisible impasse avec un jardin public et un espace potager urbain cultivé par les habitants et les enfants du quartier (jardin paysan). Au n°6 de l’impasse, autrefois cabaret, puis salle de bal, aujourd’hui transformée en galerie, avec salles d’exposition sur deux niveaux consacrées à des expositions photos, une librairie et un café sympathique.

Lire la suite

Haïti existe !

Haïti existe ! juste pour faire mentir Haïti n’existe pas [1], titre d’un ouvrage de Christophe Wargny, qui certes date un peu, dans lequel ce dernier dresse, avec un respect et une sympathie sincères pour un peuple accablé mais digne, un constat lucide sur une situation désespérée que le tremblement de terre dévastateur et meurtrier de 2010 n’aura pas arrangée.

Lire la suite

Marcel et François : « Longtemps je me suis couché de bonne heure »

À vous de jouer !

« Longtemps, je me suis couché de bonne heure. Parfois, à peine la télé éteinte, mes yeux se fermaient si vite que je n’avais pas le temps de me dire: « Je m’endors. » Et, une demi-heure après, la pensée qu’il était temps de travailler m’endormait; je voulais baisser le volume que je croyais avoir dans les mains et trouver la lumière ; je n’avais pas cessé en dormant de faire des réflexions sur ce que je venais de lire, mais ces réflexions avaient pris un tour particulier ; il me semblait que j’étais moi-même ce dont parlait l’ouvrage : une oasis, un cador, la rivalité de François 1er et Charles Quint.

Lire la suite

Dany Laferrière, une voix d’exilé

Dany Laferrière, qui présentait en février à Montréal son dernier livre, le vingtième : Journal d’un écrivain en pyjama[1], sorti tout récemment à Paris, revendique l’autobiographie comme la matière de son œuvre. Ses trois ouvrages précédents donnent une idée suffisamment éloquente du bien-fondé de sa démarche et d’abord L’énigme du retour.

Lire la suite

Lectures, expositions, théâtre


« La récréation »

« La récréation », le journal intime tenu par Frédéric Mitterrand pendant son séjour au Palais Royal du 24 juin 2009 à la chute du deuxième gouvernement Fillon en 2012. Ce n’est pas une sotte idée pour vos prochains week-ends pluvieux de lire en diagonale les notes prises par l’ancien ministre de la culture au jour le jour. J’ai relevé pour vous en date du 26 juin 2009 « le fond de l’histoire de notre pays, ce n’est pas la lutte des classes, mais la persistance de la féodalité ».

Lire la suite

Enfances

Dans En enfance[1], titre à la fois banal et étrange dans sa formulation – s’agit-il d’un voyage en ce pays lointain? Est-il question de retomber dans un état dont l’adulte s’est éloigné? – Mathieu Lindon s’impose d’abord une curieuse exigence formelle, celle de donner aux 111 chapitres de son livre la mesure quasi identique d’un peu plus de deux pages.

Lire la suite

Elisabeth Barillé, une mythologie de sa vie

Dans Une légende russe (Grasset 2012), son dernier livre, Elisabeth Barillé fait le récit du voyage qu’elle a entrepris en mai 2010 en Russie, sur les traces de Lou Andreas-Salomé, personnage haut en couleurs – dont elle a publié une anthologie des œuvres – et qui entreprenait en 1900 un périple dans ce pays en compagnie du poète Rainer Maria Rilke. Elle fait revivre « la frondeuse dont le fougueux destin, soutenu par un égotisme salutaire, ne semble faire sens que dans le sillage de trois génies, le poète allemand, le philosophe Friedrich Nietzsche et Sigmund Freud, le psychanalyste.

Lire la suite

À lire, ou pas…

Initialement annoncé sous le titre « Le volé devient voleur » et finalement intitulé « Un scandale d’Etat, oui ! Mais pas celui qu’ils vous racontent », le sulfureux brulot de Bernard Tapie vient de paraître aux Éditions Plon (14,90€) après « Librement » paru en 1998 et dédicacé « avec son affection » à Monsieur Estoup[e].

Lire la suite

Musées, galeries et expositions

« Nice 2013. Un été pour Matisse ». Si par le meilleur des hasards vous vous trouvez sur la Côte-d’Azur cet été, pensez à faire un saut à Nice qui fête actuellement le 50ème anniversaire du Musée Matisse. Un programme exceptionnel à travers toute la ville, de pas moins de 700 œuvres présentées au public, rend hommage à l’œuvre d’Henri Matisse, notamment pour sa fidélité à la région et sa passion azuréenne.

Lire la suite

Musées, galeries et expositions…

  • Il ne vous reste plus que quelques jours pour emprunter le tunnel sous la Manche et savourer l’exposition George Bellows à la Royal Academy of Arts à Londres. Il s’agit, mon point de vue est forcément subjectif, d’un peintre américain énormément plus puissant que Hopper qui a pourtant suscité des queues interminables au Grand Palais entre octobre 2012 et janvier 2013.


Lire la suite

Irène Némirovsky, du début à la fin


Il est loisible à chacun(e) de ressentir à son tour le choc qu’eurent les lecteurs qui, en 2004, découvraient Suite française [1]. Admiration devant une œuvre d’une très grande force qui poussa le jury du prix Renaudot à décerner sa récompense à l’auteure, Irène Némirovsky, à titre posthume, fait unique. Il est vrai que cette dernière, déportée à Auschwitz en 1942, en raison de ses origines juives, y était morte assez rapidement du typhus.



Lire la suite

A lire aussi

  • « Marthe et Mathilde » de Pascale Hugues (J’ai Lu n°9778, 6,70€). Un récit riche et instructif sur une page d’histoire racontée à travers l’amitié exceptionnelle de deux femmes, l’une alsacienne, l’autre allemande. L’Alsace, plus précisément Colmar/Kolmar, déchirée entre deux nations, deux cultures, voire trois, abandonnée par deux fois par la France en 1870 et 1940, puis reprise en main brutalement avec pour récompense le centralisme bureaucratique parisien et l’extermination de la langue de Goethe.


Lire la suite

Eugen Ruge : Quand la lumière décline (Histoire d’une famille est-allemande)

Ambitieux dessein que celui de raconter l’histoire d’une famille est-allemande sur plus de trois générations, sans didactisme, ni parti-pris. Autant dire d’emblée que dans Quand la lumière décline [1] Eugen Ruge, né en URSS en 1954, relève le défi avec brio. Peut-être la motivation personnelle de l’auteur, empruntant beaucoup à son destin et à celui des siens, donne-t-elle à sa fiction ce ton de véracité qui emporte l’adhésion du lecteur.

Lire la suite

Lectures, musées, galeries et expositions

• Matisse au Cateau-Cambrésis : les collages de ses dernières années. De la couleur, un bonheur pour les enfants. Aller au Cateau est un dépaysement garanti en empruntant un TER en partance de la Gare du Nord, un peu plus d’une heure de trajet. Une navette gratuite vous attend à la gare d’arrivée pour vous conduire au musée. Pour vous restaurer, nous vous conseillons « La Brasserie » en haut de la petite ville.

Lire la suite

« Auto-analyse » : l’œuvre littéraire de Patrick Declerck

Sous-titré Avec les clochards de Paris, l’ouvrage de cet ethnographe né en 1953 à Bruxelles – il est aussi philosophe et psychanalyste – est reçu comme thèse de doctorat, sans pour autant que Declerck n’entame une carrière universitaire. Il mettra sa science au service des plus démunis dans les centres d’accueil avant de se consacrer entièrement à la littérature.

Lire la suite

LexBlog