La Revue Squire

Lucide


Rédigé par Squire Patton Boggs le 3 Avril 2013

Acte 1, Scène 5



Don Sarko
« Guaino, as-tu du cœur ?
 
Don Guaino
Tout autre que Don Sarko 
L’éprouverait sur l’heure.
 
Don S
Agréable colère !
Digne ressentiment à ma douleur bien doux !
Je reconnais ton rang à ce noble courroux;
Copé et Fillon palissent en cette ardeur si prompte.
Viens Henri, viens, mon sang, viens réparer ma honte;
Viens me venger.
 
Don G
De quoi ?
 
Don S
D’un affront si cruel,
Qu’à l’honneur de tous deux il porte un coup mortel :
D’un placet. L’insolent me querelle et attente à ma vie ;
La mémoire de Liliane a trompé sa généreuse manie ;
Et à cause de ce pèze que mon bras ne peut plus soutenir,
Je suis en examen, pour venger et punir.
Va contre un arrogant éprouver ton verbiage :
Ce n’est qu’avec ton fiel qu’on lave un tel outrage ;
Attaque, condamne. Au surplus, pour ne te point flatter,
Je te donne à combattre un homme à redouter ;
Je l’ai vu à Bordeaux, tout couvert de dossiers, de greffières,
Porter partout l’effroi même jusqu’à Nanterre.
J’ai vu par sa valeur cent financiers rompus ;
Et pour t’en dire encor quelque chose de plus,
Plus que brave magistrat, plus que grand instructeur,
C’est…
 
Don G
De grâce, achevez.
 
Don S
Gentil, le mal nommé.
Don G
Le juge…
 
Don S
Ne réplique point, je connais ton amour,
Mais qui peut vivre infâme est indigne du jour ;
Plus l’offenseur est cher, et plus grande est l’amende.
Enfin tu sais l’affront, et tu tiens la vengeance :
Je ne te dis plus rien. Venge l’UMP, Venge la France, Venge-moi ;
Montre-toi digne père d’un fils tel que moi.
Accablé des malheurs où le destin me range,
Je vais les orchestrer. Va, cours, vole, et nous venge. »
 
Le Marquis del Basta, 28 mars 2013
D’après Le Cid Acte 1, Scène 5 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55348928

 





Nouveau commentaire :



Vous souhaitez recevoir nos articles par mail, saisissez ci-dessous votre adresse mail :