La Revue Squire

Il y a 10 ans, le 30 juin 1997, l’Angleterre rétrocédait Hong Kong à la Chine


Rédigé par Christian Hausmann le 1 Juillet 2007

Hammonds est présent à Hong Kong depuis 6 ans. Hong Kong, c’est déjà la Chine et toujours nostalgiquement, colonie anglaise. Dix ans après la restitution, c’est surtout un festival d’acier et de verre, où les milliers de tours qui grattent les nuages, se mirent dans l’eau, entourées de lacets d’autoroutes urbaines et de ponts sur lesquels évoluent des véhicules rouges (taxis) ; les piétons sont relayés dans les galeries, passages souterrains, centres commerciaux climatisés qui relient les hôtels aux tours de bureaux et d’habitation.



En descendant de l’avion, après le passage des services d’immigration, vous prenez le train qui vous mène en 23 minutes dans le centre de l’île de Hong Kong où se trouve votre hôtel.
Tour de Babel, ville pluriel (déjà parce qu’étendue sur plusieurs îles), Hong Kong fascine par sa diversité ethnique, culturelle, gastronomique. « Les petites bonnes philippines » qui se regroupent tous les dimanches aux abords des débarcadères, des ponts suspendus et aux endroits ombragés pour chercher de la fraîcheur, mais aussi pour se retrouver entre compatriotes exclues du système économique ambiant, sans espoir de trouver un mari, font également partie de cette ville irréelle où en permanence il faut gagner des mètres carrés sur la mer. Monaco et son rocher font mesquin à côté de Hong Kong. Toléré par les dirigeants communistes de Beijing, Macao la délurée et ludique, est proche, elle se contente de rivaliser avec Las Vegas, laissant à Hong Kong le privilège du négoce.

Les bureaux de Hammonds sont situés au 15ème étage de Jardine House, bel immeuble de bureaux au centre de Hong Kong que vous rejoignez à pied de votre hôtel par un labyrinthe de galeries et allées climatisées, sans besoin d’affronter l’air ambiant de 35°C dès les premières heures du jour et l’humidité qui vous liquéfie instantanément.

Au 13ème étage, donc en-dessous, Gide vient de s’installer avec 4 avocats, dirigés par la sympathique Rebecca, « vieille routarde asiatique», qui a déjà passé plusieurs années en Chine à Beijing et Shanghai.

Revenons chez Hammonds où se côtoient 12 avocats chinois à côté d’un anglais, Keith Brandt, vétéran de Hong Kong, et une trainee anglaise.

Impressions : équipe jeune, dynamique, internationale, tout est possible, un sens avéré de l’hospitalité et reconnaissante de l’honneur que lui fait l’avocat parisien en lui rendant visite.
Ils sont imaginatifs, pragmatiques, prêts à se couper en 16 pour rendre votre séjour agréable. C’est notre tête de pont sur la PRC.

Il y a 2 ans, nous avons ouvert un bureau à Beijing, qui fonctionne en symbiose avec Hong Kong. Les 5 avocats chinois de Pékin sont complétés par les 14 de Hong Kong. C’est donc 19 professionnels qui travaillent en Chine sous notre bannière.

Le 28 juin, Hammonds s’est installé dans des bureaux plus vastes à Beijing après avoir obtenu une licence de « foreign lawyers » par les autorités locales. Ce fut l’occasion d’un dîner de gala d’une cinquantaine de convives, animé par l’équipe locale, les associés de Hong Kong et des représentants, dont l’auteur de cette chronique asiatique, des bureaux de Paris, Bruxelles et Londres. Les Chinois sont stricts sur les horaires : début du dîner à 18h30 et départ ponctuel à 21h30. On ne s’attarde pas.

L’endroit était féerique, la résidence des anciens premiers ministres de l’époque impériale, sorte de Matignon pékinois, avec un repas traditionnel, une série de petits plats (tapas chinois) servis par de charmantes hôtesses souriantes, discrètes et efficaces et une dégustation de vins chinois (et oui ça existe). La soirée s’est achevée en délire musical (jazz) chez un client, opérateur de chaînes câblées de TV, où des « Hammonds » ont démontré leur art, notamment Konstantinos Adamantopoulos à la guitare électrique.

Pour accueillir dignement les JO, l’arrêt des travaux de construction va être promulgué prochainement dans la ville pour réduire la densité des particules diverses en suspension dans l’air beijingois et ainsi résorber la pollution ambiante qui empêche le soleil de percer de ses dards une mégapole au bord de l’asphyxie et pour le bonheur des visiteurs étrangers attendus par millions dans la capitale chinoise, toujours communiste, si peu...

Que dire de Beijing ? C’est grand, différent, fascinant, dynamique, contrasté, bon enfant, jeune, goûteux (i.e. tradition culinaire, qui rapproche français et chinois et devrait nous permettre de damer le pion aux mangeurs de fish & chips, hot dogs ou steaks hachés au ketch-up).

Travailler avec des entreprises chinoises, même publiques, est un challenge certes, mais les règles du jeu semblent lisibles. C’est une procédure d’arbitrage ICC qui nous a permis de nous rendre à Pékin.

Nous vous assisterons (clé en main) pour la parfaite réussite de votre opération.

Vous pouvez contacter directement Anthony CHAN, Valda (cela ne s’invente pas !) CHAN, Keith BRANDT à Hong Kong ou à Beijing pour un premier contact, mais si vous souhaitez une simple orientation, je serai heureux d’être votre point d’entrée, sorte de Charly check point.

Prochainement, nous devrions avoir un avocat francophone à Hong Kong et dans pas trop
longtemps à Beijing. Si vous passez par Hong Kong ou Beijing, n’hésitez pas à nous en aviser. Je vous garantis le meilleur accueil, après quoi charmés et fascinés, vous nous confierez études, négociations et rédactions de contrats, liaison avec les autorités chinoises, recouvrement de créances, protection de votre propriété intellectuelle et que sais-je encore.

Je n’exprimerai que deux regrets en face de cette apologie chinoise. D’abord d’avoir trop attendu avant d’entreprendre cette visite d’ « inspection » et ensuite que ce soit si loin.
Ce n’est pas après-demain que Paris sera relié par TGV à Beijing à l’instar de la capitale alsacienne depuis le 10 juin.

Que votre vision de la Chine ne soit pas troublée par les avatars de Danone avec son associé chinois, le milliardaire Zong Qinghou, c’est une histoire d’eau (Wahaha) qui s’est transformée en dispute.

Dans un prochain numéro automnal, nous vous présenterons plus en détail nos bureaux du « far east » avec leurs « capabilities ».

Bonnes vacances aux juillettistes.

_____________________________________________

HAMMONDS FAR EAST - CONTACTS

Keith Brandt ( keith.brandt@hammonds.com ),
Anthony Chan ( anthony.chan@hammonds.com ),
Valda Chan ( valda.chan@hammonds.com )


_____________________________________________

Le vrai du faux

Les Chinois sont gentils et hospitaliers. – Vrai.
Les habitants de Pékin ne cessent de cracher. – Faux (juste un peu).
La ville est polluée. – Vrai.
La préparation des Jeux Olympiques paralyse la ville. – Faux.
Les hommes d’affaires sont des barbares prétentieux, à l’instar de Zong Qinghou. – Faux.
La Cité interdite se visite en une journée. – Faux (il faut au moins une semaine).
Les Chinoises sont toutes belles. – Joker.
La vie à Pékin est chère. – Faux.
Le communisme est défunt - Faux
Mao, comme Staline, a été déboulonné. – Faux (son portrait est omniprésent)
Tout est possible en Chine. – Il semble que cela soit vrai
Les Chinois, sont-ils obséquieux ? – Langue de chat.





Nouveau commentaire :



Vous souhaitez recevoir nos articles par mail, saisissez ci-dessous votre adresse mail :
















Rester Connecté
Rss
LinkedIn
Twitter




Si vous souhaitez recevoir par email, dès leur mise en ligne, tous les articles publiés sur La Revue, saisissez ici votre adresse :